Gestion du stress

03 octobre 2018

Récapitulatif de ce que proposent les autres pays pour vaincre le stress

D'après une étude de la fondation APRIL, voici une approximation des pays en Europe les plus stressés :

 

Taux de stress à plus 60 %

  •  Chypre : 88%
  • Grèce : 82%
  • Slovénie : 72%
  • Malte : 62%
  • Slovaquie : 62%
  • Pays-Bas : 60%

 

Taux de stress entre 50% et 59%

  • Portugal : 59%
  • Suède : 57%
  • République Tchèque : 55%
  • Italie : 55%
  • Norvège : 53%
  • Luxembourg : 52 %
  • Allemagne : 52%
  • Hongrie : 52%
  • Bulgarie : 52 %
  • Roumanie : 51%
  • Pologne : 51%

 

Taux de stress entre 40% et 49%

  • Espagne : 49%
  • France : 49%
  • Islande : 47%
  • Belgique : 46%
  • Autriche : 45 %
  • Royaume-uni : 44%
  • Finlande : 44%
  • Suisse : 43%
  • Lettonie: 43%
  • Irlande : 42%
  • Estonie : 41%

 

Taux de stress à moins de 39%

  • Lituanie : 38%
  • Danemark : 38%
  • Lichtenstein : 35%

 

 

 

Posté par Marion Roussel à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Trucs et astuces pour vaincre le stress

comment-combattre-le-stress

Afin d'éviter le stress, il est primordial de travailler sur soi. C'est un travail difficile, mais qui est nécessaire. Vous devez arriver à :

  1. Restez calme en toutes circonstances !
  2. Stop au culte de l'urgence !
  3. Mieux vivre l'instant présent.
  4. Arrêtez de courir !
  5. Jurer ne fait pas de mal... bien au contraire.
  6. La moutarde vous monte au nez...
  7. Laissez vos émotions s'exprimer !
  8. Venez à bout de votre agressivité

D'autres activités ludiques et naturelles sont également conseillées, comme faire du sport, méditer.. Il est vrai que face au stress, le soutien affectif est essentiel. Parlez en à vos proches, ils auront toujours les mots qui vous aideront.

Se faire souvent plaisir, cela aide à mieux relativiser les soucis.

Posté par Marion Roussel à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dispositions réglementaires en matière de stress professionnel

La règlementation est identique à celle des risques psychosociaux (voir partie réglementation du dossier « Risques psychosociaux »). La loi fait effectivement obligation à l’employeur d’évaluer les risques et de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés, ce qui implique de prendre en compte le stress au travail.
 

En dehors des dispositions générales et particulières prévues par la réglementation, les entreprises sont également soumises à l'accord national interprofessionnel sur le stress au travail, rendu obligatoire pour tous les employeurs et tous les salariés de son champ d’application à compter de la date de son extension.

Posté par Marion Roussel à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2018

Comment éviter le burnout ?

eviter-le-burn-out

Le burnout à des conséquences très lourdes, qui peuvent être dramatique. Il entraîne également des conséquences pour l'entreprise, pour ces raisons, il est important de tout mettre en oeuvre pour l'éviter.

 

Voici 5 conseils pour éviter le burnout :

1. Délimiter son rôle et savoir dire non

"Cela peut sembler contraire à la logique, mais l’une des meilleures façons d’augmenter son efficacité, et donc sa valeur, consiste à clarifier les limites de son rôle. Proposer son aide sur un projet est une qualité, mais elle peut s’avérer préjudiciable si cela fatigue ou empêche d’assumer ses propres responsabilités tout en interférant avec sa fonction principale."

C'est pourquoi il est important d'apprendre à dire non intelligemment en:

  • informant son manager de tous les projets sur lesquels on travaille, puis déterminer avec lui ceux qui sont prioritaires. L’objectif est de rendre compte objectivement de sa charge de travail.
  • présentant cette discussion comme une volonté de tirer le meilleur parti de son temps de travail, et non comme un moyen pour éviter les tâches que l’on n’apprécierait pas.

2. Réviser ses priorités

Il ne faut se fixer que des objectifs réalisables! S’ils sont hors de portée ou trop nombreux, vous aurez l’impression de faire du sur-place, ce qui peut conduire au découragement, au surmenage et à l’épuisement.

Il est ainsi utile de lister ses objectifs et d'en discuter avec son manager. Si certains ne sont pas réalisables dans le cadre de vos fonctions actuelles, il faut les revoir avec son manager. Cet échange permettra de hiérarchiser les missions en fonction de leur importance.

3. Partager sa charge de travail et gérer son temps

En insistant pour tout gérer soi-même, on donne l'impression d'être plus un concurrent qu’un membre de l’équipe. En se chargeant de projets qu’un collègue moins surchargé pourrait assumer, le collaborateur ne rend ainsi service ni à l’équipe, ni à lui-même.

Si cela fait néanmoins partie de vos fonctions, il faut envisager avec votre manager comment vous pourriez déléguer certaines de vos responsabilités.

La gestion du temps est également un élément favorisant un meilleur travail. Lorsque l’on vous demande de gérer une urgence, il faut toujours vérifier auprès de votre interlocuteur si un retour est attendu dans l’heure (c’est une urgence), dans la journée ou plus tard. Demandez à ce que cette donnée soit écrite dans l'objet du mail par exemple. Cette méthode permet d’optimiser la gestion de son emploi du temps. Ainsi, vous éviterez de tout laisser tomber pour répondre à une sollicitation urgente si celle-ci peut, en fait, attendre la fin de la journée ou le lendemain. Car tout le monde n’a pas forcément la même définition de l’urgence…

4. Apprendre à s’arrêter

Attendre d’être complètement épuisé pour prendre des congés risque de vous faire perdre la concentration et l’énergie nécessaires pour être au top, et ce, bien avant l'arrivée de vos congés. Pour éviter cela, il faut :

  • programmer ses congés longtemps à l’avance et se reposer vraiment. Cela permet de gérer votre remplacement dans l'équipe. Surtout, cela évite d’emporter du travail en vacances ou d’être déranger pour des urgences.
  • prévoir des pauses pour garder les idées claires. S’accorder le temps de lever le nez de son travail, d’aller marcher un peu ou de converser brièvement avec quelqu’un. Mieux vaut prendre du recul sur son travail que de s’acharner aveuglément sur un projet pour le mener à bien.
  • se ressourcer quand on n’est pas au bureau. Si l’on ne profite pas de son temps libre, la journée de travail ne prend jamais vraiment fin et prive de la dose de repos quotidien indispensable.

5. Communiquer !

C'est la clé du succès: faire régulièrement le point avec son manager sur les tâches qu'on doit accomplir et leur hiérarchisation et solliciter un programme de suivi.

Car trouver son bien-être personnel et répondre aux attentes de son employeur sont souvent deux buts antinomiques. Or dans une relation de travail saine – donc susceptible de faire avancer sa carrière – non seulement les deux vont de conserve, mais ces volontés dépendent aussi l’une de l’autre.

Posté par Marion Roussel à 17:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les conséquences du stress pour les salariés et pour l'entreprise

Fotolia_19837276_XSl

Effectivement, le stress n'est pas sans conséquence. Celles-ci peuvent devenir dangereuse pour votre santé. 

Voici les quatre conséquences du stress au travail.

1. Les conséquences psychologiques et émotionnelles :

On retrouve au premier plan des sentiments d’anxiété, de déprime et/ou d’irritabilité. Les personnes peuvent alors se plaindre pour des petites choses, réagir mal aux situations quotidiennes et perdre le sens de l’humour. Elles ont l’impression que « rien ne va ».
 

2. Les conséquences interpersonnelles :

> Le retrait social : Les personnes disent vouloir du temps pour elles, mais on peut entendre une forme d’évitement des situations sociales.
 
> L’agressivité : Les personnes sont plus enclines aux conflits interpersonnels. Ce type d’expression des tensions est une voie privilégiée chez les personnes dépendantes, du point de vue relationnel.
 

3. Les conséquences professionnelles :

C’est le rapport au travail, à la tâche même, qui est affecté. Cela peut se traduire par un manque d’implication, de l'ennuie ou une perte d’intérêt. Les personnes peuvent aussi évoquer un ensemble d’incidents ou d’erreurs qui impactent la qualité de leur travail. Des difficultés de concentration et une augmentation de l’absentéisme peuvent apparaître.
 

4. Les conséquences physiques :

> Un « style de vie » toxique : augmentation de la consommation de substances (alcool, médicaments, café, tabac,…), perturbation des cycles du sommeil.
 
> Des plaintes relatives à des troubles physiques : une personne exprimant son stress de cette manière rapporte des inquiétudes fréquentes concernant sa santé ainsi que certains symptômes physiques tels que la fatigue, les troubles de la digestion ou la tension artérielle.

Conséquence pour l'organisation :

 Le stress subi par les salariés peut engendrer diverses conséquences négatives, très lourdes pour le fonctionnement de l'entreprise:

  • sur l'implication du personnel : désinvestissement, absentéisme, départs volontaire, etc.
  • sur les performances individuelles : difficultés de concentration, risque d'erreur, incidents et accidents, baisse de la productivité, baisse de la qualité des produits et des services, etc.

Ces conséquences génèrent des coûts très importants, pour l'entreprise elle-même et pour la société.

Posté par Marion Roussel à 12:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Êtes-vous sujet au stress ?

 

sante-Stress

Notre organisme répond à un contexte stressant par une réaction en 3 phases : alarme, résistance, épuisement. C’est le syndrome général d’adaptation découvert en 1935, par Hans Selye. 


Si le stress s’installe dans la durée, dans tous les cas notre capacité à réagir s’altère, notre organisme s’épuise et apparaissent diverses conséquences pathologiques. 

 

La difficulté pour un salarié est toujours de trouver le juste milieu entre le "trop" et le "pas assez".

  • Stress positif : il procure la motivation et l'énergie nécassaire pour relever les défis.
  • Stress négatif : il se transforme en énergie négative, conduit à une inhibition de l'action et entraîne des répercussions parfois dramatiques sur la santé physique et mentale.

 

Il est probable d'être touché par le stress, sans s'en rendre compte. C'est pour cela que nous vous avons mis un test en ligne ;

 https://test.psychologies.com/tests-travail/tests-vie-professionnelle/etes-vous-stresse-e-au-travail/faire-le-test/661

 

Posté par Marion Roussel à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2018

Les causes du stress professionnel

Fotolia_19837276_XS

Au sein de notre entreprise, le Médecin du Travail a décelé chez certains salariés des symptômes liés au stress professionnel. Afin d'éviter les coût sociaux et économiques, il est important d'éliminer ce stress. Pour cela, vous devez premièrelment savoir d'où vient ce stress. 

 

Les exemples de facteurs de stress

Les exemples d’exposition aux facteurs de stress (et de risques psychosociaux plus généralement) sont nombreux et peuvent concerner tous les secteurs d’activités. La surcharge de travail, le manque de marges de manœuvre, les ordres contradictoires, les objectifs flous, le manque de moyens… sont des facteurs importants qui peuvent causer beaucoup de stress chez un individu. Le coût du stress au travail est estimé en France à 2 à 3 milliards d'euros par an.

 

Les facteurs de stress liés au travail sont les mêmes que les facteurs de risques psychosociaux. Ils sont regroupés en six grandes familles.

 

  • Intensité et temps de travail : exigences excessives de travail, complexité du travail, difficultés de concilier vie professionnelle et personnelle…
  • Exigences émotionnelles : tensions avec le public, obligation de cacher ses émotions…
  • Manque d’autonomie : procédures trop rigides, sous-utilisation des compétences…
  • Rapports sociaux de travail dégradés : conflit entre collègues et/ou l’encadrement, manque de reconnaissance…
  • Conflits de valeurs : conflit éthique (devoir faire des choses que l’on désapprouve), qualité empêchée (ne pas avoir les moyens de faire correctement son travail)…
  • Insécurité de la situation de travail : peur de perdre son emploi, incertitude sur l’avenir de son métier…

 

Les types de stress :

  • Le stress aigu : il est souvent provoqué par un événement inhabituel, spécifique et déstabilisant ou par une situation particulièrement menaçante. Les symptômes liés au stress aigu sont temporaires, et disparaissent une fois l'évènement passé.
  • Le traumastisme vicariant : Il constitue une forme particulière du stress aigu à répétition. Ce type de stress peut entraîner des troubles d'ordre psychologique et peut modifier la vison que la personne se fait d'elle-même.
  • Le stress chronique : Il est la conséquence de l'exposition répétée ou continue à des agents et sources de stress. Il est dangereux pour la santé car il aggrave ou augmente le risque de développer certaines pathologies comme des maladies cardio-casculaires et respiratoires. Dans le pier des cas, si le stress chronique n'est pas traité, il peut mener au suicide.
  • Le burn-out : Il résulte de l'épuisment du système de réponse au stress subi au travail. Il est souvent causé par la surchage de travail, le manque de reconnaissance, d'autonomie ou de communication, le faible soutien social, etc. Le stress professionnel favorise l'isolement, le mal-être, la épression, la survenue de comportements addictifs, de troubles anxieux et alimentaires. Les personnes qui font un burn-out sont généralement atteintes de stress chronique.

Posté par Marion Roussel à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,